Logiciel libre

De Korben Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Draft-128x128.png

Cet article est une ébauche.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant :

  • Compléter l'article
  • Restructurer le contenu
  • Rajouter des illustrations
  • Créer des pages
  • Alerter dans les discussions si le sujet n'a pas lieu d'être et veiller à ce que la ligne éditoriale de ce wiki soit bien respectée

Un Logiciel "Libre", C'est quoi?

Un logiciel libre (ou logiciel "libérateur") est, en opposition à un logiciel propriétaire (ou logiciel "privateur"), un logiciel qui ouvre son "code source" aux développeurs de logiciels et aux utilisateurs des logiciels, c'est à dire VOUS!


Les principes du logiciel libre ont étés posés par Richard Stallman qui a créé avec Eben Moglen la licence libre GPL (General Public Licence) qui est la plus utilisé dans le monde du logiciel libre, lorsqu'il écrivit le système d'exploitation GNU et son noyau le Hurd. Le développement du Hurd avançant moins rapidement que Linux (un noyau développé par Linus Torvald), celui ci fut choisi par Richard Stallman pour l'implémenter dans GNU, ce qui donna "GNU/Linux", appelé par réduction (et par injustice) simplement "Linux" et donnant le premier système d'exploitation libre pouvant proposer une alternative libre et crédible à Microsoft Windows et Mac OS, avec des distributions connues telles que Ubuntu, Debian, SUSE, Fedora, Mandriva, RedHat, Gentoo etc. Toutefois, il est important de comprendre que toutes ces distributions ne sont pas 100% libres car elles contiennent des composants propriétaires, comme par exemples les pilotes de carte Wifi ou certains pilotes de cartes graphiques. Le noyau Linux lui même contient des composants non libres comme cela expliqué sur GNU Linux-libre, Free comme dans Freedo. Si vous souhaitez acquérir une distribution 100% libre, une liste est disponible ici, notamment Trisquel qui contient un noyau Linux 100% apuré de ses composants non libres.


Les principes du logiciel libre sont axés sur 4 principes, appelés "libertés":

  • La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages (liberté 0).
  • La liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de l'adapter à vos besoins (liberté 1). Pour ceci l'accès au code source est une condition requise.
  • La liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin, (liberté 2).
  • La liberté de distribuer des copies de vos versions modifiées à d'autres (liberté 3). En faisant cela, vous pouvez faire profiter toute la communauté de vos changements. L'accès au code source est une condition requise.

Source: GNU.org


"Logiciel Libre" ou "Open Source"?

On entend plus souvent parler de logiciel "Open Source" que de "Logiciel Libre", et c'est un tort.

Le débat est toujours vif entre les tenants du logiciel libre et ceux de l'open source.


Logiciel Libre ou Logiciel Open Source? Quelles sont les différences et comment choisir?

Bien que l'Open Source et le Logiciel libre aient des principes en communs, le logiciel libre possède un but, une vision, une idéologie qui fait cruellement défaut à l'Open Source, allant jusqu'à jouer contre elle dans certains cas (notamment BSD qui est tellement ouvert qu'il est possible d'enfermer le code de BSD... dans du code propriétaire, privant la communauté qui l'a développé, des avancés futures. Mac OS en est un excellent exemple).

Le concept de "logiciel libre" existe depuis bien avant l'invention du concept "open source". La confusion entre logiciel libre et open source s'est faite d'autant plus facilement que le mot "free" a deux significations en anglais:

  • Libre (comme la liberté).
  • Gratuit (comme la bière gratuite).

Il y a donc eu un glissement sémantique de nombre de personnes (développeurs, médias etc) qui utilisent le terme "open source" en mettant dans un même sac logiciel libre et open source. Cette approche est à la fois dommageable et inexacte.

La confusion entre "free software" (logiciel libre) et "freeware" (logiciel gratuit) a malheureusement poussé à utiliser le terme "open source" pour contourner cette confusion, mais cette utilisation dévoyée des termes amène à d'autres confusions.

Car il faut bien comprendre qu'il n'y a pas seulement une confusion entre ces deux termes, mais aussi entre ces deux concepts. En effet, en dehors du principe d'ouverture du code source, le logiciel libre et l'open source n'ont rien à voir l'un avec l'autre (bien que les développeurs de ces deux idéologies puissent travailler ensemble sur un même projet):

  • Le logiciel libre offre une idéologie basée sur la liberté, l'égalité, la fraternité, et bien au delà de l'informatique, permet de réaliser concrètement un monde ouvert et libre contre un monde fermé et breveté (voyez le documentaire "De l’absurdité des brevets" de Luca Lucarini). Il est entièrement possible de "faire de l'argent" et de vendre un logiciel libre, mais l'idéal de base du logiciel libre n'est pas d’être vendu mais partagé, et qui dit "partage" dit "gratuité". La gratuité n'est pas forcée, elle est simplement intrinsèque au concept sans être obligatoire.
  • L'open source ne se préoccupe que de l'accès au code source, avec comme simple but de faire un meilleur logiciel, sans aucune réflexion autour de ce qu'implique l'informatique dans la vie des humains, des citoyens, dans la vie privée, la liberté, l'égalité ou la fraternité, etc. En cela elle est à 100% compatible avec les logiques de marché, et avec les logiques de vente, ce qui fait que ce terme est bien plus utilisé dans les médias aussi pour cette raison, mais cela tends à évoluer de plus en plus.


Voyez d'ailleurs les articles “Le libre doit être gratuit!” Mais oui, pis tu veux 100 balles et un Mars avec?!? et Vendre des logiciels libres, une hérésie ? et L'Open Source va devenir payant" selon Richard Stallman.

Allez voir l'article Pourquoi « logiciel libre » est-il meilleur que « open source » pour mieux comprendre ces différences fondamentales, ainsi que l'article Liberté pour les utilisateurs, pas pour les logiciels qui met bien en lumière le fait qu'il s'agit de parler de logiciel "libre" pour libérer l’être humain et non pour libérer la capacité de prédation et de domination des entreprises qui souhaitent utiliser l'Open Source par simple intérêt financier. Voyez aussi l'article L'éducation utilise une licence Creative Commons défectueuse, par R. Stallman qui vous permettra de comprendre l'importance d'utiliser la bonne licence selon le travail effectué.


En dehors des 4 principes/libertés exposées sur cet article, chacun peut avoir sa vision nuancée du libre, mais certains points sont fondamentaux pour ne pas transformer une "belle idée libre et communautaire" en une "idée open source d'entreprise du CAC40". Le concept ne peut donc pas faire de concession sur ses principes de base, sans perdre ses buts initiaux.


Afin de choisir en toute conscience des logiciels qui respectent l'utilisateur final et les créateurs (développeurs, graphistes etc) d'un logiciel, posez vous certaines questions dès que votre intérêt se porte sur un logiciel:


  • Distribution et licence:

Qui distribue le logiciel? Une entreprise ou une association? Comment est distribué le logiciel? Comme VirtualBox OSE dont seul le code source était disponible en licence libre alors que le logiciel téléchargeable pour l'utilisateur moyen était sous licence propriétaire? Les sources du logiciel sont elles clairement distribuées et disponibles? Le logiciel, si il est libre, doit il être utilisé avec des composants non libres sous peine de ne pas fonctionner? Est ce que la licence est une licence libre connue et claire (GPL par exemple) ou une licence pseudo-libre? Lisez bien les conditions de celle ci. Certains logiciels peuvent être distribués sous plusieurs licences libres différentes. Il existe même des logiciels publiés sous licences libre ET en même temps sous licence propriétaire (c'est le cas du logiciel de téléphonie Asterisk par exemple). Par principe, moins il y a de "mélanges" de ce genre, mieux c'est. Mais cela n'invalide pas la qualité d'un logiciel et n’empêche pas de chercher son équivalent (fork) libre (Des développeurs ont par exemple pris l'OS libre et non libre Android de Google, l'ont expurgé de ses composants non libres, et ont créé Replicant en le transformant en un OS 100% libre). Voyez aussi l'article L'éducation utilise une licence Creative Commons défectueuse, par R. Stallman qui vous permettra de comprendre l'importance d'utiliser la bonne licence selon le travail effectué.


  • Direction de la Communauté:

Qui dirige la communauté? Une entreprise ou une association? Cette entreprise est elle en bourse ou est elle une coopérative appartenant aux développeurs? Voir aussi la section La communauté du libre.


  • Serveurs:

Sur quels serveurs est développé et distribué le logiciel?


  • Services:

Quels sont les termes des services annexes proposés? Le logiciel est libre, mais les services associés à ce logiciel sont ils libres?


Est ce une entreprise qui respecte vos libertés? Leurs serveurs sont ils aux USA ou vos données sont gardées sans limite ou dans un pays ou il existe encore une liberté dans la conservation des données? Vous font ils remplir un long questionnaire avec toutes vos coordonnées avant d'avoir le droit de télécharger?


  • Intention:

Le promoteur de ce logiciel est il connu pour attaquer la communauté et les idées du libre ou pour soutenir le logiciel libre Est ce une entreprise qui ne pense qu'à l'argent et qui utilise le libre par opportunisme? D'ailleurs, utilise t'elle le terme "logiciel libre" ou le terme "open source"?


  • Fraternité, Contrat Social, Intérêt général et Bien commun:

Le logiciel libre possède en son coeur l'idée du partage réel des connaissances et des richesses de ce monde dans le but de préserver l’intérêt général. Vérifiez qu'au delà de l'intention, la réalité efficace de cette vision est protégée dans les faits. Si ce n'est pas le cas, écrivez aux développeurs pour leur poser des questions et leur suggérer une approche différente. Evitez l'utilisation de logiciels n'étant pas dans cet objectif la.


Au delà du Logiciel Libre

Une fois les principes du logiciel libre bien compris, il vous faut vous intéresser à six choses:

  • L'Internet et la neutralité du net: Internet ne s'est développé que parce que les logiciels (et les protocoles/formats) étaient libres et les Logiciels Libres ne se sont développés que parce qu'Internet était libre et neutre, comme l'explique Benjamin Bayart dans la conférence Internet libre ou Minitel 2.0.
  • Le Matériel libre: Sans matériel libre, à terme le logiciel libre n'aura plus de sens. Le logiciel est immatériel, mais nous vivons dans un monde matériel. Il est donc essentiel de contrôler le matériel que nous utilisons.
  • Les Services web libres: Quelle est l'utilité d'utiliser du logiciel libre sur votre PC si vous utilisez ensuite des services sur internet qui ne seront pas ouverts, mais plus encore, dont les conditions d'utilisations impliquent que vous êtes dépossédé de vos données physiquement et juridiquement? Facebook est en une parfaite illustration car leur conditions générales impliquent que cette entreprise devient CO-PROPRIETAIRE de vos données! Vous l'acceptez contractuellement parlant! Pensez aussi qu'une entreprise peut être rachetée sans votre accord et vos données peuvent donc changer de propriétaire. Instagram (racheté par Facebook) en est un exemple. C'est pour cela qu'il est préférable d'auto-héberger vos données chez vous (sur votre mini serveur personnel, un Plug Computer par exemple), plutôt que d'utiliser des services privés. Le Cloud est un terme fourre tout qui peut désigner des services qui vous volent vos libertés et vos données. Voyez cet article de Richard Stallman concernant les services en ligne. Pour protéger vos libertés, utilisez EULAlyzer ou ToS;DR ou AdjustYourPrivacy pour analyser les conditions d’utilisation d’un site ou d’un logiciel en quelques secondes.
  • Les Formats ouverts (ou "Standards ouverts"): Si vous utilisez un logiciel propriétaire, il est fort probable que les données que vous produiraient soient aussi enregistrés sur un format propriétaire que seul l'éditeur du logiciel possède. Hors, si ce format est propriétaire, vous êtes dépendant de son brevet et de diverses considérations spécifiques à l'éditeur du logiciel et du format, notamment l'impossibilité d'utiliser un autre logiciel pour ce format (ce n'est plus vrai pour les ".doc" utilisés par Microsoft Word et le logiciel libre "LibreOffice", mais c'est vrai pour les ".one" utilisables uniquement par Microsoft OneNote). L'assurance d'avoir la portabilité de vos données dépends totalement du fait d'utiliser des formats ouverts! Voyez cet article, ainsi que celui ci et celui la. Voyez aussi l'article Correspondance entre formats ouverts et formats fermés sur Wikipédia.
  • Le libre au delà de l'informatique: Lisez par exemple l'article Quand l'accès au code source est une question vitale Extrait: Découvrir qu’un problème cardiaque menace d’un jour à l’autre votre vie même est une épreuve que vous pouvez surmonter en faisant appel à un appareillage de haute technologie (pacemaker, défibrillateur…). Mais découvrir que cette technologie repose sur un code auquel on n’a pas accès, c’est comme le fait Karen prendre conscience que sa vie est à la merci d’un bug dans un code inaccessible….


Pour aller plus loin, dans le logiciel libre, et le monde du libre en général, les liens ci dessous vous permettront de tout comprendre:

  • Service web libre (et SAAS).
  • A qui sert réellement ce serveur? Sur l'Internet, les logiciels propriétaires ne sont pas les seules menaces à votre liberté. Les Logiciels comme Services sont un autre moyen de laisser quelqu'un d'autre s'emparer du contrôle de votre informatique.


La communauté du libre

L'idéologie du logiciel libre est basée sur une expérience réellement démocratique.

Organisée en auto-gestion et en mutualisant les énergies et expertises des individus, certaines communautés se développent sur le principe "une personne, un vote" qui permet de décider des nouvelles fonctionnalités qui seront mises dans les futures versions.

Bien sur, et comme toute idéologie, celle ci peut être dévoyée et les communautés Open Source qui sont gérées par de grandes entreprises (telles que Novell, IBM, Sun/Oracle etc) s'offrent des développeurs pour pas cher: Zéro euro! L'idéologie du logiciel libre est alors "vidée" de son intention première, devient de l'Open Source et tends vers l'inverse de ses directions initiales.

Le dernier exemple en date, est celui d'Oracle qui, suite au rachat de Sun, changea totalement les objectifs et le mode de développement d'OpenOffice. La réaction de la communauté fut très saine: Les développeurs principaux sont alors partis et ont créé un "fork" s'appelant LibreOffice.

On voit donc que l'intention compte, et qu'il ne suffit pas de mettre un logiciel sous licence libre pour que son développement soit effectué dans les conditions du libre au sens large du terme (un peu comme l'agriculture biologique, qui, si elle est pratiquée par des gens payés 10 centimes de l'heure sur des terres imbibées de polluants au fin fond de la Chine pour finir vendue chez Leader Price, n'a plus aucun sens).

Le modèle le plus respectueux et le plus proche du mode de développement du logiciel libre est finalement l'association, la fondation, la coopérative, avec l'impératif d'"Une voix, un vote" (sinon une association/fondation mal intentionnée peut être toute aussi nuisible qu'une entreprise) et un développement de type Crowd.

Voir l'article De la confiance au sein d'une communauté.


La Neutralité du Net, indispensable au Logiciel Libre


Des Logiciels Libres et des Personnes Libres


Le libre, Et après?